Tout s’accélère

fusee

Tout s’accélère.

A l’heure où tu me lis je suis à bord d’une fusée lancée plein gaz, la carlingue tremble de partout, je suis scotchée à mon siège, je n’ai pas le temps de voir s’éloigner la Terre par le hublot, le pilotage est en mode automatique. Destination inconnue.

Je suis très excitée d’avoir été choisie pour ce vol spatial aux confins de l’espace. Même si on n’a pas voulu me donner les objectifs de l’expédition. Comme je suis un peu tête brûlée j’ai dit oui les yeux fermés. On m’a promis de l’aventure, de l’inconnu, des expériences extatiques, j’ai signé de suite ! Et puis je me suis décidée très rapidement, lorsque le grand organisateur m’a glissé dans un clin d’œil :

– Vous allez bien vous marrer !

A bord je ne suis pas seule. J’avais le droit d’emmener avec moi plusieurs personnes. On m’a précisé que j’avais carte blanche pour l’équipage. Et aussi que je ferais mieux de prendre le temps de les sélectionner avec soin, parce qu’ensuite ces personnes m’accompagneraient pour les années à venir.

La pression quoi ! Genre je pars pour je ne sais combien de temps, pour un endroit inexploré, sur la promesse d’une aventure aussi unique qu’exceptionnelle, et je dois choisir avec qui je veux partager cela pour les années et les années à venir ?

-Je vais réfléchir, j’ai dit.

Ah ça pour réfléchir j’ai réfléchi.  J’ai même pris mon temps, tout mon temps. Cette proposition rare m’a été faite il y a très exactement 15488 jours et Saperlipopette je le tiens enfin mon fameux équipage. Oui tu m’as bien lue, j’ai dû faire un casting du feu de Dieu qui m’a pris … 42 ans 4 mois et 29 jours ! ça donne le vertige hein ?

J’ai lancé un appel à candidature géant et j’ai pris le temps d’auditionner les personnes une par une, de les prendre à l’essai aussi. Parfois je les ai virées direct, parfois je leur ai fait passé des tests approfondis sur plus d’une décennie. J’ai eu des déceptions je ne te le cache pas. En certains j’avais placé de grands espoirs et j’ai eu le plus grand mal à les rayer de ma liste lorsque j’ai mis leurs faiblesses au grand jour. Je sais, ma sélection semble impitoyable mais comprends-moi, il me fallait des personnes sur qui compter à tous les coups, des personnes fiables en toute circonstance.

Bon, tu le gardes pour toi, je te laisse dans cette dernière lettre rédigée au sol, avant le grand voyage, des infos sur les personnes écartées à regret. Il paraît qu’on risque d’être plusieurs à décoller prochainement, que de nombreuses expéditions se préparent en secret, alors qui sait, peut-être cela te permettra t-il de progresser plus vite que moi ?

 

Quelques unes des personnes non retenues :

Mme Peur : m’a longtemps donné le sentiment de permettre un atterrissage  sans encombre, tranquille. C’était rassurant aux manettes d’un engin aussi sophistiqué, mais elle voulait à tout prix contrôler la sécurité à bord de la navette spatiale, on ne serait jamais arrivé nulle part en vérité. Elle a beaucoup insisté pour faire partie du casting, un vrai pot de colle.

Mme Violence : de sérieux atouts pour me défendre en cas de rencontre intergalactique malheureuse mais tellement nerveuse qu’au final j’ai eu l’impression qu’elle pourrait me confondre avec l’ennemi, ça m’a filé les j’tons, l’idée qu’elle puisse se retourner contre moi.

Mme Colère : Celle-là j’ai vraiment cru que c’était la partenaire idéale. Toujours prête à démarrer au quart de tour, pas le genre à se laisser intimider, elle m’a vachement impressionnée avec sa forte personnalité.  Le problème, c’est qu’elle a un avis sur tout, elle passe son temps à critiquer : la couleur des sièges, la qualité de la nourriture, elle passe tout en revue je te dis. Ça a fini par me fatiguer de l’entendre ruminer son insatisfaction en permanence.

Mme Victime : Ah ben celle-là elle a bien su m’attendrir. J’ai bien failli me laisser avoir. Toute mimi, prête à me venir en aide au moindre bobo. C’était tentant de l’embarquer avec moi. Elle avait une belle qualité d’écoute en plus. Au bout du compte j’ai fini par débusquer son point faible. Pas des moindres. Chaque fois qu’un truc merdait elle levait les bras en l’air en criant « j’suis pas responsable j’suis pas responsable ». Il fallait que les autres endossent toutes les responsabilités à sa place !

 

En fait la liste est longue, je vais plutôt te parler des coéquipiers qui partent au final avec moi :

Mme Joie : Celle-là est devenue mon copilote, elle semble posséder une parfaite cartographie de l’espace, un vrai GPS, jamais elle ne se trompe quand tu lui demandes de te trouver la bonne adresse. Connaître sur le bout des doigts les coordonnées stellaires,  j’ai pensé que ce serait indispensable pour entreprendre un tel périple !

Mme Plaisir : « Ce serait dommage de partir explorer les étoiles sans savoir les savourer »,  m’a-t-elle avancé. J’ai trouvé ça pertinent comme remarque. Elle m’a prouvé à maintes reprises qu’elle connaissait mille façons différentes de les apprécier, les étoiles. Leur luminosité, leur couleur, leur forme, leur danse, etc. Une partenaire idéale si je veux pouvoir retranscrire l’expérience dans mes carnets de voyage, non ?

Mme Confiance : Alors là j’ai été bluffée par l’ingéniosité de sa démarche pour me convaincre de l’embaucher. Parce que franchement, je l’ai même pas calculée au départ. Maligne, à chaque fois que j’étais déçue par un candidat prometteur, elle revenait m’en présenter un nouveau, inlassablement. Elle ne me laissait jamais me décourager. Au bout du compte, j’ai réalisé qu’une telle persévérance pendant 42 ans sans jamais se mettre, elle, en avant, ça méritait un siège à mes côtés.

Mme Amour : Ok, cette candidate m’a mise K.O dès le début. Mais un coup je l’ajoutais à la liste, un coup je l’en retirais. Y’avait chez elle un je ne sais quoi qui me mettait mal à l’aise. Toujours souriante, toujours heureuse, toujours sereine.  Je me suis demandé un paquet d’années s’il n’y avait pas un vice caché à tant d’apparente perfection. Pis un jour que je doutais encore, elle m’a fait un cadeau inestimable. Elle s’est barrée sans laisser d’adresse. Je me suis sentie tellement tellement stupide de pas l’avoir sélectionnée. Je l’ai retrouvée après de longues recherches infructueuses. J’ai pensé qu’elle refuserait ma proposition après tant d’hésitation de ma part. Elle a ri à gorge déployée, comme une évidence !

 

Donc tu découvres mon dernier message écrit sous l’influence de l’attraction terrestre. Mes quatre compagnons et moi sommes déjà loin en ce moment. Nous sommes en apesanteur, quelque part dans un espace, un temps dont je ne sais rien au moment où je couche l’encre sur le papier.

Je remercie l’univers de me permettre de vivre cette expérience unique et tiens à exprimer, en ces derniers instants, ma gratitude envers ceux qui m’ont aidé à préparer le décollage. Je ne peux pas tous les citer mais ils se reconnaîtront j’en suis certaine.

Souhaite-moi bon voyage !

 

PS : Je te laisse avec un humain en plein casting, si ça peut t’aider à faire le tien …

 

Image de prévisualisation YouTube

4 commentaire sur “Tout s’accélère

  1. excellent !!!! comme c’est bien écrit et super vivant, j’adore …. avec en plus, et c’est pas rien, une super analyse des candidats !! Regarde quand même par le hublot, faudrait pas que nos fusées s’entrechoc ! par contre, je suis dac pour un apéro galactic !!
    Je t’embrasse ma cosmonaute adorée !!! LOVE LOVE LOVE

    1. Mais vraiment t’es trop drôle ! Je savais bien qu’ils t’avaient aussi filé une fusée, une évidence … Un apéro galactique, ah j’adore. Big love.

  2. J’adoore flo , c’est tellement dit avec sincérité , légèreté , et humour , autodérision .
    Merci ça fait un bien fou de te lire
    Gros Bisous Flo
    Mumu

    1. Tu sais tu me rends très heureuse en écrivant cela, quand j’arrive à apporter de la joie j’suis alignée graaaaveeeeeeeeeeee. Un grand merci pour ton retour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *