Janvier

poeme-damour

Janvier.

Taratata tu n’y couperas pas. C’est le mois des bonnes résolutions alors on prend de bonnes résolutions !

Je suis tradi comme fille en fait. Mais j’ai pitié de toi, je ne vais pas te demander quelles sont les tiennes ni même si tu en as prises. Soulagé ? T’emballe pas quand même, je vais t’énumérer les miennes. T’es prêt ? Go !

 

resolutions

Première résolution : aimer

Deuxième résolution : aimer

Troisième résolution : aimer

Quatrième résolution : aimer

Cinquième résolution : aimer

 

Je t’imagine derrière ton écran : elle s’est pas foulée pour son billet hebdo …

Avant que tu ne désertes définitivement ce blog du grand n’importe quoi, je vais développer.

Aimer est le fondement même de ma joie, de la joie, de toute joie. Alors oui je peux bien décliner ma résolution en sous-résolutions, ça reviendra toujours au même.

 

Jetons un œil sur quelques unes de mes décisions passées, auxquelles je me suis tenue :

 

Arrêter de fumer : j’ai aimé la sensation retrouvée de l’air frais inhalé par mes poumons, la sensation de liberté, de pouvoir sur moi-même. J’ai aimé les parfums, les goûts et le sourire offert à mon buraliste en lui achetant des timbres. Deux fois l’an je me laisse offrir une cigarette et j’aime encore plus ce goût de l’interdit, du lâcher prise. Je connais les deux versants, l’avec et le sans, et j’en jouis.

Se mettre au sport de manière hebdomadaire : j’ai appris à aimer mon corps pour la première fois et le miracle de chacun de ses mouvements. J’ai aimé les courbatures (si), les endorphines, l’énergie, le temps et le soin que je m’accordais pour dire je t’aime toi le corps qui doit me conduire jusqu’au bout de l’aventure. Parfois je reste au fond du lit et je zappe le sport, et j’aime infiniment ce moment de repos où je prends un rendez-vous cocooning avec moi-même.

Cesser de manger des animaux torturés : j’ai aimé l’idée de pouvoir remercier l’animal présent dans mon assiette avec la conscience que j’avais respecté sa vie. Celle qu’il m’avait donnée pour me permettre de vivre la mienne. Et quand je n’ai pas pu faire autrement, j’ai aimé sentir le souffle en moi de cette conscience naissante qui venait me titiller.

Cesser de manger des animaux tout court : j’ai aimé toute la création avec l’assurance que je pouvais maintenant vivre en harmonie avec elle. J’ai regardé le vivant comme je ne l’avais jamais fait, et fichtre, quel émerveillement !

Créer mon potager : J’ai aimé l’idée d’accomplir le premier des actes militants selon P. Rabhi, la joie sans nom de voir pousser ma nourriture dans la terre, de redécouvrir une graine, que je ne devais pas avoir observée depuis le CP ou en semant des radis sur l’étagère de ma classe.

Consommer bio : J’ai aimé apprendre et déconditionner une à une toutes mes croyances sur l’origine des aliments et des produits de consommation courante, marcher dans les traces d’une alliance ancienne entre la terre et l’homme. Faire un bras d’honneur à toutes les machines à penser marketing qui précisément, tentent de penser à notre place selon le prisme tronqué de leurs intérêts commerciaux.

Faire plus souvent ce que  … j’aime : Oh oui j’aime aimer, car au final tout ceci est un jeu de poupées russes, un amour peut en cacher un autre. Alors avec cette résolution là je me suis mise à aimer écrire, aimer jouer du piano, aimer chanter, aimer faire de la poterie, aimer improviser des moments d’exceptions pour mes enfants,  mon mari, une amie, …. Que c’est bon d’aimer !

 

C’est sans fin. Quand tu commences à tirer sur le fil de l’amour c’est la pelote toute entière qui vient et au bout, de l’autre côté, il y a l’amour de soi, le plus beau, le plus doux, le plus lumineux, le plus profond. Nulle joie sans amour pour soi.

Et pourtant tu vois, je me suis détestée pendant plusieurs décennies d’auto-flagellation. Mais la joie m’a rattrapée, je dois rendre hommage à ton texte bouleversant Hélaine, la joie m’a rattrapée. Elle ira toujours te déloger de l’endroit dans lequel tu te terres. Et cet endroit est là, au fond de toi.

 

Ma bonne résolution 2017 restera donc inchangée pour les années et les années qu’il me reste à vivre : aimer ce qui est. Je suis prête à être indulgente avec moi aujourd’hui. A me trouver suffisante. Car c’est une lutte vaine et douloureuse que de croire le contraire.aimer-miroir

Je te souhaite donc pour les secondes, minutes, heures et jours de ta vie d’aimer toi aussi tout ce qui est, et de ne pas oublier d’y inclure cette délicieuse personne que tu nommes MOI le temps d’une existence.

 

3 commentaire sur “Janvier

  1. Aimer… chanter la vie comme si tu devais mourir demain. Vivre chaque jour comme le premier, le dernier, l’unique. Accepter pleinement cette inoubliable experience qu’est l’existence, encaisser les souffrances pour les retourner comme des chaussettes tout juste sorties du sèche linge, c’est aussi le vœu que je formule même si je distingue à peine les premiers mètres de ce parcours sinueux et jalonné d’embuches. Alors je suis tes pas, je piste tes empreintes même lorsqu’elles s’estompent dans la neige éclatante. Nulle doute que ta voie est la bonne. Elle est celle que je choisis, celle que je m’engage à ne plus à déserter. Il aura fallu des errreurs, des errements, des égarements, des chocs.
    On ne m’y reprendra plus. Je fais le vœu de rendre le monde plus heureux, à ma mesure, à l’échelle d’une particule sur 7 milliards et des poussières. Mais chaque poussière vaut de l’or, chaque grain de sable est une perle, un trésor magique.
    Tu es l’or, tu es la perle. Nous sommes les magiciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *