A l’écoute

etre intuitif

Connais-tu Sonia Choquette ? Son nom de famille fait d’abord esquisser un sourire, faire sa connaissance file tout bonnement la banane. Son optimisme à toute épreuve, sa joie et son dynamisme sont communicatifs. Surtout elle est l’une des plus grandes spécialistes de la question de l’intuition. Plus d’une dizaine de livres à son actif et des tournées continuelles en tant que conférencière.

Je t’en parle aujourd’hui car ses enseignements m’ont permis d’avancer dans l’acceptation de mes ressentis intuitifs et dans une meilleure connaissance de cette faculté propre à chacun d’entre nous. Ses trucs et astuces se révèlent forts utiles pour progresser dans l’écoute de soi et profiter pleinement de sa vie.

Pourquoi souhaiter ouvrir la porte à ses intuitions ? Parce que ne pas les suivre revient, explique t-elle clairement, à choisir de vivre avec cinq sens seulement, en niant totalement l’existence du sixième. Et alors ? Et alors c’est en vérité le plus utile puisque c’est lui qui te permet de mener une vie plus fluide, plus heureuse, celui qui sait le chemin que tu dois emprunter.

Je suis donc pleine de gratitude pour Emilie, l’amie qui m’a offert l’un de ses ouvrages A l’écoute de votre sixième sens. Pour tout dire, j’avais reçu une sorte de décharge lorsqu’elle l’avait sorti de son sac quelques heures avant de me l’offrir !

Aujourd’hui je décide de partager avec toi l’un de ses lumineux conseils, prendre conscience de la réelle existence de sa capacité intuitive en tenant quelques mois durant un petit carnet des intuitions qu’on a pu ressentir dans son corps, et vérifier à postériori qu’elles se sont vérifiées (ou pas). N’importe qui, assure t-elle, réfute en quelques semaines tout scepticisme, à la relecture de son propre cahier.

C’est avec joie que je m’apprête à te confier le récit de quelques unes de mes expériences intuitives récentes. Tu verras que, souvent, suivre son ressenti est difficile en cela qu’il défie tout raisonnement logique. Dès lors que tu cherches à rationaliser, soupeser, analyser, tu te coupes de ton intuition et surtout ta tête te fais savoir que ta « conviction » soudaine ne tient pas la route. D’où l’intérêt de tenir ce carnet, pour consigner un nombre suffisant d’expériences positives. Des expériences renforçant jour après jour ta confiance en ton moi supérieur, celui qui a une vision plus large que toi, celui qui SAIT contre toute logique.

Cet exercice m’a réussi car j’avais besoin, bien que déjà fort convaincue, de valider par moi-même la force de mon sixième sens. Sonia Choquette nous livre dans son bouquin des expériences stupéfiantes. Comme celle où elle reste, en dépit du bon sens, clouée sur son siège à l’aéroport à attendre une place d’avion pour elle et son mari, alors que l’avion en question a fait l’objet d’un surbooking, que l’entrée leur a déjà été refusée et … que l’avion roule déjà sur le tarmac ! Pourtant celui-ci stoppe soudain, fait demi-tour et … libère deux places suite à une improbable erreur de passagers, face à son époux interloqué.

Voici donc quelques unes de mes expériences positives de ces derniers mois, certaines devraient te surprendre également, d’autres te faire sourire. Elles sont toutes véridiques. Mais je ne saurais trop te conseiller de faire tes propres expériences en la matière, l’être humain étant à ce point déconnecté de sa source qu’il lui faut acquérir par lui-même l’intime conviction de son pouvoir personnel.

 

Première expérience :

Mon époux a reçu un billet à Noël. Il rêve d’utiliser ce cadeau pour acheter un appareil photo d’occasion. Il consulte les annonces du « bon coin », trouve son bonheur : une annonce inespérée comprenant en sus un objectif photographique très convoité compris dans le lot. Le tout se trouve sur Paris. Il me montre l’annonce – Nœud dans mon ventre – me dit que son frère est géographiquement proche du vendeur, parfait pour aller tester l’appareil et le récupérer à sa place (nous habitons Bordeaux). Je lui dis n’envoie pas de chèque de réservation surtout, je la sens pas ton annonce. Il s’énerve légèrement et insiste. « M’enfin cette annonce est top ! » Pour une fois il accepte de suivre en partie l’une de mes intuitions et concède qu’il est préférable de ne rien envoyer, que la transaction se fera en liquide. La communication avec le vendeur est bonne, l’argent transféré rapidement à son frère, je commence à douter de mon ressenti. Mais non, après UN MOIS d’échanges sms son frangin décide de ne pas perdre son temps à aller chercher l’appareil. Mon époux doit renoncer à cet achat, dépité, après moult actions et espoirs déçus qu’il aurait pu s’épargner en écoutant la p’tite voix intérieure de sa femme.

Epilogue : Il m’a soumis, avec un sourire complice, la lecture de l’annonce suivante, qui ne m’a procuré aucun mauvais feeling dans le bas ventre, l’achat était réalisé en quelques jours, avec quelques belles surprises à la clef (le vendeur lui a offert du matériel ne figurant pas dans l’annonce !)

 

Deuxième expérience :

Je souhaite regrouper des amis durant un pont du mois de mai.

Très bien, me répond mon mari, nous avons donc le choix entre le premier et le huit mai.

Non je vais les inviter le huit.

Ben tu as le choix en tout cas, les deux dates sont libres dans l’agenda.

– Non pas le premier.

– ? Ben si.

– Je ne sais pas pourquoi je te dis ça, je vais garder le huit.

(Il abdique, commence à avoir l’habitude.)

Un mois après ma décision, alors que je n’y songe plus, nous recevons une invitation, un mariage dans sa famille le  …  premier mai.

Je te l’avais dit que seul le huit serait disponible !

 

Troisième expérience :

Je suis en couple depuis seize ans. Autant de temps à recevoir régulièrement mes beaux-parents à la maison. Ils sont très organisés, ponctuels, fiables. Jamais un désistement, jamais un changement de date. Je note leur dernière proposition pour les vacances de février. C’est étrange je n’arrive pas à écrire leur nom dans l’agenda au we convenu. Quelques semaines plus tard je me fais la réflexion qu’il serait temps que je griffonne un truc à la page concernée, pour ne pas oublier de bloquer les dates à leur réserver. Je ne parviens pas à écrire autrement qu’au crayon à papier et je ressens comme un truc, la sensation fugace mais forte qu’ils ne viendront pas. Je la garde pour moi. Début de semaine précédant leur arrivée. Visio avec leur fiston. Ma belle-mère est malade, état grippal, toux incessante, ce n’est pas sûr qu’ils viennent annonce t-elle déçue. Je suis moi-même surprise de la concordance avec mon ressenti en dépit de seize ans sans un report de date ! Jusqu’à la dernière minute je mettrai en doute mon intuition car un coup elle va mieux et pense venir, puis c’est mon beau-père qui n’est pas bien, mais finalement ils vont venir, mon mari n’en doute plus, je fais les courses. Au final, pour la première fois en seize ans ils ne viendront pas, pas assez en forme. Mon corps savait une fois de plus ce que mon cerveau refusait d’admettre.

 

Quatrième et dernière expérience en date :

Ma fille aînée possède un portable. Un vieux coucou hérité de son père qui rend les services minimums. En fait surtout les sms car même le son du téléphone ne fonctionne pas toujours, depuis qu’elle l’a fait tomber du premier étage… Ce jour-là elle le porte dans la poche arrière de son jean en sortant du collège. Elle se rend à son cours de théâtre du jeudi. Elle va aux toilettes. Grosse commission. Tire la chasse. Avant de se rendre compte paniquée que le portable est lui aussi tombé au fond des toilettes depuis le début ! Rebutée à l’idée de plonger la main au fond de la cuvette, elle passe une heure quinze de cours en le laissant là, au fond de l’eau… Personne à part elle ne va aux toilettes pendant le cours et mon époux, fâché, récupère notre fille et trouve le courage d’aller aussi …récupérer l’objet du drame. Fille en pleurs : c’est la mort la vie sans portable maman. Père énervé qui retire la batterie et démonte les plus grosses pièces du portable en jurant qu’elle terminera l’année sans téléphone. Re pleurs.

J’ai une mission, faire sécher les différents morceaux au soleil le lendemain. Je m’exécute, l’écran est plein d’eau, on peut s’y attendre. Malgré la chaleur de cette journée la tâche d’eau dans l’écran a peu diminué le soir venu. Pourtant je m’acharne pendant trois jours : sèche-cheveux (inefficace), déplacement des pièces sur les ardoises chaudes du jardin (bof), etc. Au bout de trois jours cependant l’eau de l’écran s’est évaporée. J’ai la certitude qu’il va fonctionner. Absurde ! Cet appareil a été littéralement noyé et immergé pendant soixante-quinze minutes !

Le dimanche soir, heure du verdict approche. Mon mari redit bien haut et fort : Ma p’tite ne rêve pas il ne remarchera pas. Ma fille me croise au garage faisant triste mine et je lui lance un sourire complice et confiant doublé d’un clin d’œil. Voltmètre à la main, quelques instants plus tard, son papa a les yeux ronds : La batterie fonctionne ! Notre enfant reprend espoir mais il ne lâche rien : Attends tu auras sûrement tout perdu il va pas redémarrer comme ça !

3-2-1-0 Ignition ! Le portable remarche, parfaitement … contre toute attente, toute logique, toute explication et surtout … toute probabilité.

Parfois mes intuitions sont trop dures à digérer pour un époux scientifique. Il conclut : Ben si ça avait été un smartphone il serait fichu.

 

J’espère t’avoir transmis, cher lecteur, soniaChoquetteà travers ces quelques anecdotes de vie, le désir d’aller à la rencontre du langage de ton corps. Il t’envoie en permanence des signaux et quand ils prennent vie dans ta réalité tu prends ça peut-être pour un coup de bol, un hasard, une coïncidence amusante à raconter aux copines. Et si tu t’accordais toute la valeur que tu mérites, en tant qu’être incarné relié à bien plus grand, si tu notais toi aussi toutes tes intuitions, surtout celles qui semblent les plus absurdes, les plus improbables ? Entraîne-toi, observe toi, apprends à te faire confiance, afin d’être un jour capable de te fier à ce que ce frisson, cette boule au ventre, cette angoisse, cette démangeaison, etc. (les sensations varient d’une personne à l’autre) peuvent te signifier. Ton corps essaie de te dire quelque chose. Donne-lui enfin la parole.

Il pourra alors remplir son rôle de guide dans des situations de vie où ton intuition sera utile et décisive.

 

 

2 commentaire sur “A l’écoute

  1. Waouh, encore un bel article, plein d’espoir. L’intuition pour moi, c’est compliqué, ma tête prend le dessus tout le temps, il va falloir, que j’en fasse une réelle saison de défi, lol… Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *