100% responsable

Tu t’en souviens toi de ce que tu faisais le 4 septembre 2016 ? Moi très bien. Je venais de démissionner de l’EN et j’étais encore sous le choc de ma propre décision. Fidèle à ma réputation de fonceuse j’avais déjà créé ce blog pourtant.

Objectif ? Ascensionner vers la joie et entraîner le plus possible de monde avec moi.

Plutôt culotté. Je n’en menais pas large. Les enfants avaient fait leur rentrée et pour moi, approcher chaque jour un établissement scolaire relevait de la torture mentale. Je doutais chaque instant de ma décision tout en me remémorant le chaos émotionnel qui l’avait provoqué.

Une année s’est écoulée, je te propose de faire un petit point. Et si tu en as le courage, peut-être voudras-tu nous partager en quelques lignes tes propres avancées ? Oui c’est déjà le premier point positif, on ne recule jamais on avance. C’est pas moi qui le dis c’est Souchon. Une évidence.

Pas un long fleuve tranquille néanmoins cette année scolaire 2016-2017. Chaque nuit j’ai enseigné un nombre incalculable d’heures, tu n’as pas idée ! Jamais autant enseigné que cette année là. Tous les âges, tous les établissements, toutes les matières. Des rêves très désagréables, rien à voir avec mes années bonheur avec les élèves. Ça ressemblait plutôt à un vieux chewing-gum qu’on mâche et remâche encore. J’ai essayé tous les trucs de relaxation possibles, toutes les nuits ça recommençait.

J’ai fini par lâcher prise et me dire que oui, tant d’années avec un cartable et presque autant dans l’animation ça ne s’évaporerait pas si facilement. Je venais de faire le grand saut et mon cerveau s’était mis en programme nettoyage. Un reboot total.

634282755_1280x720

Parlons-en un peu de ce reboot. Reformatage disque dur intégral. Sauf que même après ce genre d’opération, normalement tu gardes deux trois repères. Un pack office, ton clavier fétiche, un fond d’écran que tu affectionnes, tu vois quoi.

Non moi j’ai carrément tout réinitialisé. Plus grand chose d’origine dans ma vie. En apparence la même maison, le même mari, les mêmes enfants, la même Flo un peu déjantée, le même jardin. En apparence seulement.

La grande braderie en vérité. J’ai revisité toutes mes priorités, chacun de mes choix. J’ai accepté de devenir enfin 100% responsable de ma vie. Concrètement ?

 

Mon cercle amical, qui avait subi des coupes drastiques en 2004 à l’annonce de ma pathologie, a subi une nouvelle mutation de taille. J’ai posé un degré d’exigence supplémentaire. De l’authenticité, de la communion d’âmes sinon rien. Oh bien entendu il reste bien dans mes contacts quelques numéros utilitaires, celui du dentiste et du contrôle technique. Je ne suis pas devenue sauvage au point de ne pas savoir faire bonne figure lorsque cela est nécessaire non plus. Mais ces moments là, ces personnes-là, sont quantité négligeables dans mon emploi du temps. Non pas que j’ai du mépris pour les échanges superficiels. Je suis juste animée du sentiment de l’urgence de vivre pleinement le partage de la joie. Je suis aujourd’hui entourée d’une communauté d’âmes qui fait vibrer mon cœur. J’ai gardé cependant tous les fidèles, ceux dont la tendre affection m’accompagne depuis toujours. Je me sens riche, si riche d’avoir toutes ces personnes à mes côtés. Des sœurs et des frères aux mots si doux, aux pensées si belles que l’évocation même de leur nom est une cajolerie à elle toute seule.

Mon cercle familial a également subi une révolution. Pas au sens belliqueux du terme, révolution dans son acceptation astronomique. Ce cercle a décrit une ellipse dans l’espace et m’est revenu éclairé sous un jour nouveau. On peut aimer tout en souhaitant écarter ce qui est rugueux au point d’égratigner votre vie. Ma vie je la rêve faite de douceur, de caresses, d’attentions, de compliments, d’admiration réciproque, de je peux compter sur toi, de regards croisés, de bonté tout simplement. J’ai appris à faire le deuil de ce qui n’en était pas.

Mes fondations. Ah mes fondations ! Elles avaient été mises à mal ces dernières années. Je leur ai donné une meilleure assise. J’ai réinjecté quelques tonnes de ciment pour faire de cette chape de plomb une chape en béton armé. Et j’ai pris le temps d’admirer l’ouvrage. Mon dieu quelle bénédiction que de vivre en conscience l’amour ainsi célébré à force de ténacité. Aller chercher la lumière encore, encore, encore, poncer les angles trop saillants, façonner un diamant brut. Ma famille, si exceptionnelle à mes yeux.

Le diamant, voilà qui m’amène au point suivant, ma vie professionnelle. J’ai arrêté de me raconter des histoires, l’artiste en moi était en état de frustration maximum. Et pire encore elle niait sa propre existence. Cette année a donc été l’année de toutes les révélations à son propos. Je dois me réaliser artistiquement, ou j’en crèverai. C’est pas de la passion pour la vie d’artiste, c’est une question de vie ou de mort. Besoin d’exprimer ce qui se trouve au fond de moi et besoin de communier avec le grand tout, de participer au beau à ma manière. crystal-162608_960_720Besoin aussi de partager ce que j’ai découvert du fonctionnement énergétique de notre existence à travers ce blog, la puissance des minéraux, les cercles de femmes qui bientôt se mettront en place. Alors la céramique, alors l’écriture, alors le dessin, alors le minéral, alors la musique. Façonner la terre, malaxer les touches du piano, du clavier de l’ordinateur, tailler les pierres, les crayons. Je dois laisser ma trace fusse t-elle visible par moi seule. Juste parce qu’il faut que ça sorte. Il me fallait ce grand saut dans le vide de juin 2016 pour enfin amorcer la descente à l’intérieur de moi-même et trouver la clef.

Ce renouveau a naturellement été suivi d’autres effets, dans ce bel élan de continuité. La maison s’est vidée de tant d’objets qu’elle n’est plus la même, elle s’est réorganisée au cours de tris fiévreux qui m’assaillaient très tôt dans mon lit et ne cessaient qu’à minuit passé. Dégager le diamant de sa gangue, toujours cette même histoire. Ma renaissance a affecté toutes les sphères de ma vie. C’est d’ailleurs de sphères minérales que je m’entiche aujourd’hui pour mes ébauches de sculptures.

Depuis quelques semaines, le corps s’en est mêlé. Il réclamait sa part de nettoyage, son allégement à lui. Le jeûne, l’eau, l’envie de bouger, devenir cette plume flottant au vent transforment actuellement mon rapport au monde. Même les médecins découvrent en moi des cellules à nettoyer.

 

Ma vie entière dans une grande lessiveuse avec des litres de savon et des huiles qui sentent bon, pour aller, enfin, à l’essence-ciel.

 

 

 

11 commentaires sur “100% responsable

  1. un résumé qui dépote d’énergie, et à la fois de tendresse, sans qui la foi ne serai pas. Et au gré de l’aventure, la découverte de son vrai sois, qu’elle joie !
    Qu’il est bon t’entendre la musique de ton cœur, t’entrevoir le rêve éveillé, celui qui vient se placer dans les tripes, et qui ne vous lâche plus, celui que tu entends dans l’harmonie de ton âme, et qui fait vibrer la plus petite parcelle de ton corps comme un diamant qui brille au delà de … !
    La flamme est vivace, et scintille au cœur de l’univers, dans la famille d’âme, et ainsi, est ce qui est, simplement dans l’allégresse de l’amour …
    je t’aime ma sœur !
    Emmanuelle
  2. Très beau témoignage.
    Je te souhaite le meilleur dans ta vie et ta nouvelle famille de cœur.
    Bousculée dans ma période, en attente de renouveau ,je fais un bilan objectif de ma situation , et ce que je devrais mettre en place pour avancer.
    J ai fait un ou deux écrits que je n au pas encore partagés
    Dès moments sombres ou j avais l impression d être bloquée sont arrivés
    Mais des opportunités, des éclaircies ont illuminé mon ciel ce qui me fait garder confiance et bonheur
    Je sais que les obstacles ne durent pas.
    Bises
    Murielle
  3. Merciiiii. 100% responsable de notre route vers l’essence-ciel, dans la joie et l’amour….
    J’ai lu cet été plusieurs livres de Wayne W. Dyer. Il n’y a jamais de hasard….
    Si tu ne connais pas, je t’invite à le découvrir.
    Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *